Atelier Tendresse & Pyjama – Les Chahuteuses

L’association Les Chahuteuses propose, entre autres, des ateliers de développement personnel autour du rapport aux autres, et à soi.

Tendresse & Pyjama explore justement ces rapports, dans un cadre safe et secure, sans aucune connotation sexuelle. Juste apprendre à interagir avec les autres dans la bienveillance, en écoutant l’autre mais également en s’écoutant soi même et en pensant chaque étape en pleine conscience de ses propres envies

C’était ma première participation. Un atelier auquel au départ je ne devais participer que comme accueil mais au final une participation active et impliquée. Enfin jusqu’à un certain point.

Le déroulé est graduel. Dans un premier temps, moment sans paroles, juste se regarder dans les yeux. On tourne autour du cercle, en regardant des inconnus droit dans les yeux pendant 30 secondes. Et c’est long, croyez moi. Quand dans la vie courante, le moindre contact visuel est vite esquivé, c’est un exercice qui peut être complexe.

Regarder au fond des yeux et juste ressentir, et se ressentir. Troublant parfois de sentir la gêne ou une tristesse, une timidité ou même un refus.

Ensuite la parole. Parler de ses passions, et expliquer pourquoi. Et écouter celle des autres.

Et enfin un exercice plutôt simple en apparence mais assez révélateur : face à soi, quelqu’un vous demande de passer un moment de tendresse et vous devez tour à tour répondre non ou oui, mais de façon imposée. Et inversement demander et se voir répondre oui ou non. Complexe à vivre. Accepter le non ou accepter de dire non. Ou se forcer à dire oui et recevoir un oui. Quand c’est forcé, on le sent tout de suite et c’est pleine de confusion que je suis ressortie de l’exercice.

Comment prendre un non avec bienveillance et sans en prendre ombrage? Comment il nous arrive de dire oui alors que l’envie n’y est pas, mais qu’en face on le sent?

Ces exercices m’ont fortement troublée.

Dans quelle mesure, dans mes relations, j’agis sans m’écouter ou écouter l’autre? Je réagis mal à un non de la part de gens proches, je le prends comme un rejet. À l’inverse je suis plus difficilement encline à dire non, par peur qu’il soit pris comme un rejet alors que ce n’est juste pas l’envie du moment.

Dire non, à quelqu’un que j’aime, me renvoie à cette même peur de rejet, je projette ma propre réaction sur celle de l’autre. Et dire oui pour faire plaisir et surtout ne pas mettre l’autre en position de prendre ce non comme définitif.

Beaucoup d’interrogations sur mon rapport à cela et à la façon dont ça s’applique dans mes relations.

L’autre partie a été pour moi impossible. Impossible de toucher les autres et de me laisser toucher. Et du coup plein d’interrogations encore.

Pourquoi, moi qui suis en recherche de contact avec ceux que j’aime, j’étais incapable d’aller vers ces inconnus ?

Je me suis fermée comme une huitre. Blocage.

Alors j’ai essayé de comprendre.

En pensant à ma vie quotidienne, je me suis rendue compte que je fuyais le contact hors de la sphère personnelle. Dans la rue, dans les transports, même au travail, je fuis les contacts. À l’inverse, quand je suis en présence de personnes intimes, je suis en recherche permanente de contact, de toucher, et c’est mille fois plus pressant avec ceux que j’aime. À tel point qu’un refus de contact, pour quelque raison que ce soit, me plonge dans la détresse. Parce que, une fois de plus, je le prends comme un rejet.

Est ce aussi une réserve quand aux énergies que je peux sentir et qui en quelque sorte m’agressent, ou celles que je veux sentir, et qui me sont refusées ?

Toujours en lien avec le non.

Je ne sais pas, je dois y réfléchir. Mais j’ai touché un nœud de sentiments très troublés et troublants qui résonnent avec mes autres questions.

J’ai également pris une posture d’écoute lors du temps libre. Moi la pipelette qui raconte mon histoire en rapport avec la conversation, j’ai pris sur moi d’intervenir très peu et sans me raconter. Juste écouter ce que les autres avaient à dire sans me sentir obligée de rapporter ma propre histoire. Et ça aussi c’est nouveau. Le « moi je » …

Un bilan plein de questions sur mon rapport à moi et aux autres, à l’écoute des envies de chacun, sans s’oublier mais sans s’imposer.

Cet un atelier que je vous conseille, quelle que soit votre situation. De bonnes énergies, une bienveillance reposante, où chacun peut faire ou ne pas faire sans sentir d’incompréhension ou de rejet.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas : www.leschahuteuses.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :